Voeux 2009 Du Délégué Général Mr Dante MONFERRER


 

Chers volontaires, chers salariés,

A l’orée de cette nouvelle année je vous souhaite pour vous même, vos familles, vos proches, vos partenaires, les acteurs auprès de qui vous agissez au quotidien, mes meilleurs vœux de bonheur, santé et accomplissement des engagements et des projets qui vous animent. Que 2009 soit pour chacun et chacune d’entre vous une année de réalisation personnelle et professionnelle aux plans individuel et collectif.

Pour l’AFVP, l’année 2009 s’annonce riche de changements, nous devrons à la fois continuer à développer notre activité en qualité et quantité, conforter nos acquis tout en préparant les évolutions qui s’annoncent. A tous donc sérénité, confiance, lucidité, ambition et imagination.

Permettez moi pour finir d’avoir une pensée particulière pour nos équipes de Guinée en général et Erik Houinsou, notre Représentant, en particulier qui a vécu des moments particulièrement difficiles en cette fin d’année 2008.

Cordialement à tous.

Dante MONFERRER

Délégué général



Les nouvelles de l’AFVP Délégation Afrique Australe & Ocean Indien



Note d’information aux volontaires.

Note d’information aux volontaires.

Chers volontaires, l’AFVP va vivre des évolutions majeures qui vont concerner tout à la fois ses missions, son organisation, son fonctionnement, son statut…

Je souhaite, par cette note, vous informer de ces évolutions, de leurs raisons, du contexte dans lequel elles se déroulent, des opportunités qui vont s’offrir comme des changements qu’elles vont générer.

1.     Le contexte du volontariat et les raisons essentielles et de cette évolution. 

Permettez moi d’abord  d’analyser les raisons essentielles de ces évolutions.

Ø      La réforme de la Coopération française l’amène à se concentrer sur la définition et le contrôle des politiques et des stratégies et à déléguer leur mise en œuvre à des opérateurs.

Ainsi la disparition du service du Ministère qui gérait la relation avec les associations et ONG, va  poser entre autres, les modalités d’appui de l’Etat aux différents  volontariats.

Ø      Dans le même temps l’implication à l’international des citoyens français connaît un accroissement sans précédent. Chantiers de jeunes, missions seniors, VSI, volontariats hors statut…se développent.

Les pouvoirs publics prennent conscience de ce mouvement, de ses potentialités s’il est encadré et valorisé, comme de ses risques s’il est livré à lui même. Le malheureux épisode de l’Arche de Zoé a probablement joué un rôle de révélateur sur ces questions.

La  réforme de l’Etat, le désir d’engagement de nos concitoyens, d’autres problèmes comme la visibilité et la présence de la France, ont probablement influés sur le choix du Ministre de la coopération de faire du  volontariat un de ses chantiers prioritaires.

2.     Un processus de concertation et de réflexion autour des volontariats. 

Suite à ces annonces un processus de concertation et de réflexion, impliquant les pouvoirs publics et les associations représentant les différentes formes de volontariat a été lancé. Trois éléments se dégagent de ces travaux et font consensus:

Ø      Trois formes de volontariat ont été identifiées, qui mobilisent un public important (probablement supérieur à 15.000 personnes/an) :

-         Le volontariat d’initiation et d’échange concerne surtout les jeunes et toute personne vivant une première expérience courte de découverte à l’international.

-         Le volontariat d’échange de compétences pour les personnes en activité ou à la retraite souhaitant enrichir leur expérience et apporter ponctuellement un savoir faire professionnel.

-         Le volontariat de solidarité internationale, qui vous concerne, est mis en œuvre dans le cadre de la loi de février 2005.

Ø      Une « charte commune aux volontariats internationaux d’échange et de solidarité » a été élaborée et se réfère à un cadre de référence fait de valeurs et d’engagements communs.

Ø      Enfin la mise en place d’une agence chargée de la mise en œuvre d’une politique publique dédiée aux volontariats internationaux d’échange et de solidarité.

Dernier élément nous concernant au plus haut point, l’hypothèse que « l’AFVP soit le socle de cette future agence, ce qui implique une transformation en profondeur de cette structure» a été actée par l’ensemble des participants.

Ces différents éléments ont été présentés le 26 septembre dernier lors d’une réunion entre les membres du bureau du Comité directeur de l’AFVP et le Directeur de cabinet du Ministre de la Coopération, puis discutés en Assemblée générale.

3.     Une agence dédiée aux volontariats d’échanges et de solidarité à l’international. 

Concernant la future agence, si à ce stade tout reste à imaginer et à construire quelques éléments se dégagent cependant :

Ø      Son statut serait celui d’un établissement public avec une mission de service public la mettant au centre du dispositif et au service de l’ensemble des volontariats français à l’international (hors VIE et VIA).

Ø      Ses missions porteraient sur :

-         la reconnaissance, la promotion, la valorisation de ce type d’engagement au niveau de la société française, du publics, des acteurs, des décideurs…,

-         l’appui au développement qualitatif et quantitatif des volontariats français à l’international (formation, suivi, adéquation offre/demande, mobilisation de ressources, ouverture aux différents publics…),

-         la sécurisation des statuts, des personnes, des organisations, la gestion des dispositifs en lien avec les pouvoirs publics, le renforcement et  l’appui à la labellisation,

-         la représentation et la promotion du volontariat français à l’international (volontariats étrangers, union européenne…).

Ø      Les moyens du volontariat international seraient en augmentation (environ 10%) et les moyens de l’agence seraient au minimum ceux dont bénéficie l’AFVP aujourd’hui.

Ø      Le calendrier de mise en œuvre projeté est le suivant :

-         Les principales missions et les aspects juridiques seront repris au plan législatif pour un passage  devant le parlement au printemps prochain.

-         Début 2010 l’AFVP sera dissoute et l’ensemble de ses capacités, moyens, outils, personnels transféré à la nouvelle agence.

4.     Quelles évolutions et quels changements pour l’AFVP ? 

Ø      A votre niveau cela n’aura aucune conséquence pratique et ceux d’entre vous qui seront encore sous contrat avec l’AFVP, début 2010, et qui souhaiteront poursuivre leur mission se verront proposer un avenant avec la nouvelle agence dans les mêmes conditions.

Ø      Concernant l’AFVP il faudra trouver un équilibre entre sa mission actuelle d’envoi et de suivi de volontaires et les missions nouvelles assignées à l’agence :

Ø      Au plan de l’organisation, des métiers…il y aura des évolutions à gérer :

-         L’orientation des publics et la mise en synergie des acteurs sera une des missions du futur dispositif.

-         Concernant la formation et la préparation au départ, l’agence formera moins en direct et se centrera plus sur la conception, la mise en place de dispositifs adaptés et décentralisés et en garantira la qualité.

-         La valorisation du volontariat pour les personnes et pour la société française apparaît essentielle, il faudra y mettre des moyens qu’aujourd’hui aucune organisation n’a réellement la capacité de mobiliser.

-         Nos représentations deviendront des points focaux du volontariat français se situant en appui à son développement au sud, en relais pour l’ensemble des  volontaires, des organisations d’envoi, des partenaires… Elles seront moins centrées sur le développement de notre activité directe.

A partir de ces quelques exemples, on voit bien que l’organisation ne sera plus celle de l’AFVP d’aujourd’hui et que nos métiers devront évoluer.

Ø      Au plan culture et identité, asseoir l’agence sur les bases de l’AFVP permettra de garder dans ses gènes des traces fortes de culture associative. L’agence portera aussi une culture de service public au bénéfice de nos concitoyens et des acteurs du secteur.

Aujourd’hui notre volontariat est au service des partenariats, c’est maintenant la structure dans son ensemble qui va devoir se mettre au service du public et des acteurs du secteur.

Ø      Au plan économique, le mois VP devrait cesser d’être le critère principal d’évaluation de l’activité, d’autres critères et d’autres modalités de financement devront être imaginées. Les moyens de l’agence  seront dimensionnés  au regard de ses missions, mais assurance a été donnée qu’il n’y avait pas d’intention de diminution au contraire. Ceci vaut aussi pour le personnel et, sous réserve de creuser les aspects juridiques, les contrats qui le régissent aujourd’hui sont tout à fait compatibles avec un statut d’établissement public.

La période de transition qui s’ouvre sera délicate à gérer, il faudra rester sur nos bases, tout en préparant l’avenir. Les partenaires seront bien sur régulièrement informés. L’AFVP devra se mobiliser pour préparer la mise en place de l’agence et, le moment venu début 2009, travailler sur les multiples questions de tous ordres qui ne manquerons pas de se poser.

Nous allons donc probablement devoir tourner la page de l’AFVP. Quarante cinq ans d’histoire, des joies, des peines, des rencontres… un projet, une identité, un état d’esprit, portés tout au long de ces années par  des milliers de volontaires, de salariés, d’administrateurs, de partenaires….qui ont contribué à faire l’AFVP, comme elle a contribué à la construction de beaucoup d’entre eux.

C’est à eux, c’est à vous, c’est à nous… que nous devons la formidable reconnaissance et la confiance qui nous est accordée :

-         par les pouvoirs publics qui portent cette ambition nouvelle pour le volontariat,

-         par nos associatifs, présents à nos côtés dés le début de notre long parcours, et qui acceptent d’accompagner cette évolution,

-         par les différents acteurs du volontariat qui ont déclaré être rassurés par le fait qu’avec son passé, ses valeurs, son expertise, ses hommes et ses femmes, l’AFVP soit le socle de l’agence ,symbole de l’ensemble du volontariat à l’international de notre pays

L’AFVP va se transformer et renaître dans l’agence qui devient le cœur du dispositif de volontariat. Le défi est fort et motivant et notre responsabilité est grande car au delà des questions de structure, c’est bien un rôle majeur et une occasion unique de participer au développement et à l’amélioration des différents volontariats, de porter et de promouvoir ses valeurs, de se mobiliser sur ses enjeux …qui nous est proposé. A nous de nous en saisir et de mettre notre expérience au service de tous ceux pour qui l’engagement volontaire à un sens.

Dante MONFERRER Délégué général 



Yvan CONTE L’Alliance Française de Maradi perd un précieux collaborateur

Yvan CONTE

Yvan CONTE, Volontaire du Progrès depuis juillet 2006.

D.abord au Burkina-Faso, puis au Niger.
Animateur culturel, il est arrivé au Burkina Faso comme coordonnateur
d.équipe de l.ASPAC, Association pour la Sauvegarde
du Patrimoine Culturel à Bobo Dioulasso. 

Quelques précisions sur les circonstances  de l’accident
Yvan revenait de congés du Bénin et se dirigeait vers Ouagadougou, au
Burkina Faso. Le 21 septembre à 15h, voulant éviter un enfant qui
débouchait sur la route en vélo (l’enfant est indemne), il a perdu le
contrôle de son véhicule…

(suite…)



Localisation du nouveau bureau de l’AFVP Antananarivo Madagascar.

plan3.jpg

 Localisation du Nouveau bureau de l’AFVP Antananarivo Madagascar.  * Cliquez sur les photos pour agrandir.

  Les arrêts de bus.

  •  Vous arrivez du côté du nouveau site de l’ambassade de Chine.  

-  Si vous arrivez d’Ampasampito(Meteo) en passant par Nanisana, prenez  à droite avant le pont.

 - Si vous arrivez d’Analamahitsy ou d’Ambatobe, prenez à gauche après le pont.

  •  Si vous arrivez d’Ankadindramamy, c’est à dire en descendant…

- Juste après la  » RÉSIDENCE »  et  une allée de sapins (des arbustes) ,tournez à gauche au niveau du terrain vague  (repérez  les bananiers sur le terrain pour être  sûr).

  apresresidence.jpg

  • Le bureau de l’AFVP est au fond à gauche visible de la rue.

  cible.jpg

  • Sonnerie AFVP.

 cible21.jpg 

Au cas ou …   : 0324945662 OU 0202241139 

… Bienvenue, Tongasoa .

 



NOTES AUX VOLONTAIRES ET AU PERSONNEL DE L’AFVP MADAGASCAR

 

 

logo1.jpg

 

                                                                                     Antananarivo, Le 4 septembre 2008 

Chers Volontaires, Avec le mois de septembre, une nouvelle année commence pour tout le petit monde des ONG et des bailleurs de fonds. Avec cette reprise, je voulais partager avec vous des informations qui vont nous occuper dans les prochains mois et parfois pour l’ensemble de l’année qui vient. 

Tout d’abord, un petit mot sur le concours photo que nous organisons en parallèle de la Réunion annuelle. Vous avez du recevoir sur vos boites mails le prospectus de lancement du concours. 

Je compte sur chacun d’entre vous pour participer activement afin de faire de cette première une grande réussite. Si vous rencontrez des difficultés pour participer n’hésitez pas à contacter Jérôme, Martial ou Gérard. N’oubliez pas, il y a un voyage à gagner dans la Région AAOI au choix du gagnant. Tous à vos appareils. 

Sur le front des effectifs, l’été a vu nous rejoindre 5 volontaires, Katia sur Antalaha, Erwan sur Antanifotsy, Stéphanie sur Tuléar, Guillaume sur Tana et Sylvain sur Tamatave. A chacune et chacun d’eux je souhaite bonne arrivée car je n’ai pas eu l’occasion de les croiser depuis leur arrivée. Des volontaires se sont aussi tournés vers d’autres projets, je salue donc Annaïg, Xavier même si il reste parmi nous sous un autre statut, Emmanuelle qui reste aussi avec le GRET sur Antsirabe, Pierre Yves et Lucie. A chacun d’eux, je souhaite bonne chance pour leurs nouvelles aventures professionnelles et personnelles. 

5 nouveaux volontaires vont nous rejoindre d’ici la fin du mois de septembre et d’octobre. 

Autant dire que nous sommes actuellement nombreux, exactement 55 en postes à ce jour et que la réunion annuelle sera donc un moment important d’échanges et de convivialité nous permettant de toujours mieux travailler ensemble.  Le chantier du suivi accompagnement sera au cœur de cette rencontre afin que vous puissiez nous dire comment vous avez vécu le suivi à distance et rapproché mis en place en 2008 afin que de faire ensemble les ajustements nécessaires. Cette réunion réunira l’ensemble des volontaires de la région Afrique Australe et Océan Indien, nous devrions donc être autour de 90 participants. Bel évènement en perspective.   

Nous allons vous envoyer dans les tous prochains jours une note permettant d’avancer  l’organisation opérationnelle et logistique. A suivre donc. 

Au regard de l’effectif de notre délégation, le siège nous a accordé une rallonge budgétaire nous permettant de recruter un troisième chargé de suivi accompagnement en la personne de Aubry RAZANAKOTO. Il nous a rejoins depuis le premier aout, certains d’entre vous l’on probablement déjà croisé sur le terrain ou à la délégation. Il a des compétences approfondies en développement communal et en décentralisation, il sera donc le référent de l’ensemble des volontaires travaillant dans ces thématiques. Vous aurez tous l’occasion de le croiser lors de la réunion annuelle. 

Je profite de l’occasion pour rappeler aux volontaires intéressés par la décentralisation qu’une journée d’information sera organisée le 27 octobre en préambule de la réunion annuelle sur le thème des nouveaux textes de la décentralisation à Madagascar. Merci de confirmer à l’équipe de suivi accompagnement quels seront les présents à cette rencontre. 

Le 1er septembre nous a apporté une nouvelle peu réjouissante avec l’avis de notre propriétaire nous demandant de libérer les bureaux de l’AFVP Tana d’ici le 1er janvier 2009. 

Cette nouvelle nous met donc dans l’obligation de revoir complètement notre organisation, de trouver de nouveaux locaux adapté à nos besoins et à notre budget. Cela va constituer un dossier important des semaines à venir. Nous vous tiendrons au courant.  Concernant les nouvelles plus générales, vous n’avez pas été sans apprendre le départ de notre Ambassadeur de France à Madagascar. Je n’ai pas à ce jour de nouvelles concernant son remplaçant.   

Par contre, le mois d’octobre devrait voir la visite du Ministre de la Coopération à Tana dans le cadre de la signature de l’accord de coopération régional entre Madagascar et l’Ile de la Réunion. Le Ministre étant très intéressé par la dynamique du volontariat dans le cadre notamment des axes de la RGPP pour son Ministère profitera certainement de son passage pour rencontrer un certain nombre d’entre vous. Je vous tiendrais au courant des modalités dans les prochaines semaines. 

Sur un plan plus opérationnel, une nouvelle action va démarrer en octobre avec le Ministère de l’Enseignement et l’INFP. En effet, 4 volontaires vont venir renforcer 4 Centre Régionaux de l’INFP. 

Ce projet pilote vise à mesurer l’impact de volontaires dans ces structures de l’Etat afin d’aider le Ministère et ses cadres avec une approche de bain linguistique en Français de proximité. Les volontaires seront basés à Moramanga, Tuléar, Fianarantsoa et en banlieue de Tana. Des synergies seront surement à mettre en œuvre avec le réseau des alliances françaises. 

Une nouvelle action se profile aussi pour 2009 avec l’appui aux réseaux des adoptions dans le cadre du Projet de Rama YADE sur l’Adoption en lien étroit avec l’Ambassade de France. 

Voila les nouvelles que je souhaitais vous partager. J’espère n’avoir rien omis d’essentiel, n’hésitez pas à me relancer si c’était le cas. 

Portez vous bien, n’hésitez pas à venir vers nous autant que de besoin. Je vous souhaite une bonne continuation dans la réalisation de vos missions et reste à votre entière disposition. Bien amicalement à chacun d’entre vous. 

                                                                                                Emmanuel 

Association Françaises des Volontaires du Progrès BP 220-11 rue Maurice Grandcoing-94203 Ivry-sur-Seine CEDEX -dg@afvp.org – Tel : 01 53 14 20 30 – Fax : 01 53 14 20 50



Pour une définition de la capitalisation

Pour une définition de la capitalisation

La notion de capitalisation. La capitalisation est une activité récente dans le monde du développement mais certainement destinée à se développer compte tenu du nombre et de la diversité des interventions, de la variété des démarches et du très faible partage des expériences. L’analyse de l’expérience est ce qui pourrait définir le plus simplement possible la capitalisation. Plus précisément, c’est  » le passage de l’expérience à la connaissance partageable.  » (De Zutter) C’est un travail de formalisation d’activités informelles, intuitives, naturelles dans le but de les diffuser, de les faire connaître. Le passage de l’implicite à l’explicite n’est pas évident. Il se fait par un  » processus d’externalisation de la connaissance tacite.  » (Lavigne Delville) C’est également un travail organisé qui comprend différents volets ou exercices. Si capitaliser c’est prendre du recul sur un travail opérationnel, c’est aussi le faire avec un objectif clair et donc la formulation d’une problématique à laquelle on souhaite apporter une réponse. Dans un souci d’objectivité et de crédibilité vis-à-vis de l’extérieur, la capitalisation comprend une part d’évaluation et de questionnement des choix, des stratégies d’action et de la démarche. Ce travail a ainsi une double finalité : le dégagement de recommandations ou de leçons pour l’avenir et la réalisation d’un document de communication du contenu de la capitalisation. Destinée à valoriser une activité, la capitalisation n’est pas une évaluation. Elle ne doit pas aboutir à porter un jugement de valeur. Il est, en revanche, nécessaire qu’elle s’appuie sur une démarche rigoureuse d’enquêtes et d’analyse. Ainsi, si la capitalisation n’est pas une recherche scientifique, elle tente de répondre à l’exigence d’objectivité en puisant dans les outils de la recherche en sciences sociales.
Les objets de la capitalisation. La capitalisation tente de mettre en mots, de définir le contenu d’une expérience. Elle porte donc sur des activités, c’est-à-dire des actions réalisées par des individus dans un domaine défini. Plus largement, elle cherche à cerner des pratiques, c’est-à-dire des manières concrètes d’exercer une activité, les procédures, les règles suivies, la méthodologie mais aussi les habitudes diverses, etc. Au coeur de ces pratiques, un certain nombre de savoirs peuvent être identifiés, c’est-à-dire des ensembles de connaissances. Par connaissance, il faut entendre une idée exacte d’une réalité, de sa situation, de son sens, de ses caractères, de son fonctionnement. Les savoir-faire sont alors des capacités à mobiliser des savoirs en situation, ce qui correspond également à la définition de la compétence. La compétence est une habilité à reproduire l’exercice de capacités dans des environnements et des conditions diverses pour aboutir au résultat attendu.
De la capitalisation à la professionnalisation. L’ensemble des pratiques et des compétences détenues par un groupe d’individus participe à la définition d’une profession. Une profession ne se définit pas uniquement par le contenu de ses activités, la formation qui lui correspond et le savoir scientifique qu’elle mobilise. Elle est également un groupe social porteur de valeurs et d’une vision du monde qui lui est propre et qu’elle cherche à promouvoir pour se faire reconnaître comme telle auprès des institutions ou à défendre vis-à-vis d’autres corps de métier. Dans les pays du sud, les interventions en faveur du développement sont de plus en plus normalisées et professionnalisées ce qui pousse à parler de l’émergence d’un champ professionnel de l’humanitaire. Au sein de ce champ certaines activités, telles que l’animation par exemple, ne sont pas toujours reconnues comme étant réellement professionnelles. En mettent en évidence les spécificités de ces pratiques, la capitalisation peut avoir pour vocation de contribuer à la définition ou à la réaffirmation des caractéristiques d’une profession et participer ainsi à leur reconnaissance en tant que telle.
 

Laetitia MORLAT (Volontaire du Progrès MADAGASCAR-2008)

Références


De Zutter P., 1994, Des histoires, des savoirs et des hommes : l’expérience est un capital, Charles Léopold Mayer, Paris : 137 p.
Lavigne Delville Ph., Villeval Ph., 2004, Capitalisation d’expériences, expérience de capitalisation. Comment passer de la volonté à l’action ?, Traverses n°15, GRET/Handicap International/Groupe Initiatves : 48 p. (document téléchargeable )

Site Web :



Commentaires et propositions des VP du Niger

Commentaires et propositions des VP du Niger
pour le plan stratégique AFVP 2008-2009

Certaines remarques concernant l’organisation de l’AFVP peuvent être relativisées par la non-connaissance par les volontaires de l’ensemble des procédures internes. Mais, elles proviennent de l’expérience et du ressenti des volontaires et n’ont pour objectif que de provoquer une réflexion.

C’est une participation à la réflexion commune.

Le contenu et la forme du présent document comportent certaines imperfections mais c’est un travail collectif qui a du être réalisé en dix jours dans un pays grand comme une fois et demi la France.
Nous affinerons les analyses et les recommandations contenues dans ce document lors de notre rencontre annuelle qui se tiendra du 6 au 8 décembre en présence de représentant des délégations du Bénin, du Togo et du Burkina Faso.

Nous espérons que vous trouverez dans ce document de quoi enrichir la réflexion menée par l’AFVP, et que ce document, tout imparfait qu’il soit, vous permettra de constater l’intérêt des Volontaires pour ce qui est de la vie et des orientations de l’association.

AXE STRATEGIQUE N°1 :
Conduire une mission de service public, centrée sur une offre diversifiée de volontariat au bénéfice de la jeunesse et garantissant la qualité de l’expérience humaine, sociale et professionnelle.

Rappel des Objectifs du plan stratégique :

Mobiliser et gérer un nombre croissant de volontaires.
Cet axe stratégique nous a interpellé sur plusieurs points :
1) hausse de l’activité
2) évolution des attentes visàvis du volontariat
3) suivi et compréhension des démissions
4) refonte des documents et formation
5) suiviaccompagnement

1) Hausse de l’activité

Concernant la hausse de l’activité, il est fondamental de conserver un niveau de qualité tout en augmentant la quantité. Cela concerne tant le contenu de la mission, que la réponse aux attentes du volontaire et le cadre de travail favorable (moyens matériels, besoin exprimé,…).
Les contrats courts nous interpellent : à quoi cela correspond ?, quelle durée ?, mécénat de compétence ?, quelle relation entre les missions ‘normales’ et les contrats courts ? : même processus de formation ?, même vision de l’engagement ?, même suivi ?,…
Enfin, pour ouvrir le volontariat à des publics différents, il semble nécessaire d’ouvrir les types de missions, et donc les compétences recherchées.

2) Evolution des attentes visàvis du volontariat

Le volontariat une composante à part entière du parcours professionnel.

Le volontariat est perçu, de moins en moins comme une parenthèse dans le parcours professionnel, mais de plus en plus comme une véritable étape. Cela entraîne une exigence accrue visàvis de la qualité de la mission et également visàvis de la valorisation future de l’expérience.

Nécessité de postes réellement en adéquations avec les compétences et attentes du candidat.

La qualité de la mission (et donc le nombre de démissions dans les 6 premiers mois) renvoie en grande partie à la concordance entre la fiche de poste et le candidat. Un rôle plus important des chargés de recrutement dans cette affectation peut constituer une voie d’amélioration :
Ajouter une partie ‘compétences’ lors de l’entretien, afin de bien cibler les domaines de connaissances et de compétences, ainsi que les souhaits du candidat ; l’entretien aujourd’hui, est trop axé sur la dimension psychologique et ne prend pas assez en compte les compétences et expériences du candidat afin de lui proposer une mission adaptée à son profil.
Après un avis favorable, mettre en place une séance de travail entre le candidat et le chargé de recrutement pour établir une première sélection de fiches de poste dans la base de postes disponibles ;
Lien plus étroit entre le chargé de recrutement et le ‘chargé d’affectation’ afin de diminuer la déperdition d’informations concernant le profil du candidat. Le chargé de recrutement, qui connaît le candidat et qui a pu appréhender les missions pouvant lui correspondre, doit participer au processus d’affectation.

Valoriser l’expérience acquise pendant le volontariat

La valorisation future de l’expérience renvoie à différents points :
VAE : avancer rapidement sur la démarche VAE afin d’en faire un argument supplémentaire du volontariat et en améliorer l’image,
Offrir des outils de valorisation de l’expérience : création d’un véritable réseau d’anciens VP (sous la forme d’association, de portail internet, d’annuaire,…),
Promotion et sensibilisation auprès des entreprises françaises (en retard par rapport aux entreprises anglosaxonnes sur la prise en compte des expériences à l’étranger lors du recrutement).

3) Suivi et compréhension des démissions

Concernant la hausse des démissions, il semble important de mieux suivre et comprendre cellesci.

Suivre les raison des démissions

Suivi : fiche à remplir lors de démission, envoi de fiche au DN et au siège, établissement de statistiques selon les raisons des démissions.

Comprendre les démissions
Compréhension : lien plus fort entre le SA et le DN (SA possède généralement meilleure connaissance du déroulé de la mission).

Tenir compte des démissions

Tenir compte de l’avis du SA concernant la qualité des partenaires : avis du SA après démission d’un VP sur la pertinence de remettre un nouveau VP sur le poste.

4) Refonte des documents et formation

Etablir un documents complet de préparation au départ.

Concernant la simplification des procédures, il semble indispensable d’établir un document unique et complet de préparation au départ, distribué dés l’avis favorable du chargé de recrutement, et un second document sur le pays dés l’accord reçu sur une mission.
Ce document doit informer tenir compte de certaines problématiques propres au recrutement de volontaires d’origines européennes (informer rapidement de la nécessité d’avoir un compte bancaire en France, par exemple, ce qui n’est pas à priori le cas de tout les européens envisageant de partir avec l’AFVP…)

Adapter les modules de formation initiale.

Pour répondre à l’enjeu de gestion à flux tendu et de l’évolution des profils des VP (déjà expérimentés ou diplômés dans le secteur du développement), les modules de formations initiales peuvent être réaménagés :
Formation uniquement après réception de fiche de poste,
Module unique d’une durée de 10 à 12 jours, avec la présence renforcée de professionnels (pour répondre aux questions opérationnelles sur les missions) et de salariés AFVP (pour répondre aux questions pratiques et administratives).

5) Suiviaccompagnement

Renforcer et valoriser la place et le rôle du SuiviAccompagnement.

Le suiviaccompagnement mérite d’acquérir une véritable place aux côtés du VP, du DN et du siège. Cela peut passer par :
Une capitalisation renforcée d’outils de suiviaccompagnement entre tous les pays,
Un lien renforcé entre le SA, le DN et le siège : par exemple dans la compréhension des démissions,
Une meilleure définition des tâches entre le SA et le DN pour orienter le VP vers l’interlocuteur le plus pertinent,
Une implication plus forte du SA visàvis des partenaires : contacts réguliers avec le partenaire, formulation d’avis au DN sur la qualité du partenaire (particulièrement lors de démissions).

AXE STRATEGIQUE N° 2 :

Inscrire cette mission dans le cadre du renforcement des dynamiques partenariales entre acteurs, du sud et du nord, de la solidarité internationale et du développement.

Rappel des Objectifs du plan stratégique :
1) Développer des missions de volontariat qui contribuent au renforcement des partenariats entre acteurs du nord et du sud.
2) Mobiliser notre expertise et nos compétences au service de l’ensemble du Volontariat de Solidarité Internationale.
3) Contribuer à nourrir et valoriser les politiques publiques en matière de volontariat de solidarité internationale.

Cet axe stratégique nous a interpellé sur plusieurs points :
1) promouvoir le VSI à l’étranger
2) contribuer à la mutualisation d’actions en matière de volontariat international
3) expérimenter et développer de nouvelles formes de volontariat de courte durée

1) Promouvoir le VSI à l’étranger pour développer le volontariat sudsud et sudnord.
Propositions pour les éléments d’analyse :
Définir une stratégie de partenariat

Définir une méthode de sélection des partenaires : définir une stratégie précise, des critères de sélection, intégrer les différences culturelles, vérifier la dimension budgétaire et son suivi pour les petits projets.

Promouvoir le volontariat

Promouvoir le volontariat (définition, valeurs et principes) et développer le suiviaccompagnement auprès des partenaires et ainsi réduire les incompréhensions entre partenaires et volontaires.

Accroître l’implication de l’AFVP dans le partenariat opérationnel.

Repositionner l’AFVP comme partenaire à part entière dans les projets et pas uniquement comme structure d’affectation de volontaires.
Développer la culture partenariale sur le terrain (audelà de l’interne). Chercher à développer des partenariats durables en se détachant des objectifs à atteindre en 2009.

Recommandations :
Adapter les formations pour le volontariat sud et courte durée.
Volontariat sud et volontariat court :
o Adapter les formations (contenu et méthode).

2) Contribuer à la mutualisation d’actions en matière de volontariat à l’international

Propositions pour les éléments d’analyse :
De nombreuses organisations et projets interviennent dans le domaine du volontariat.

De nombreuses organisations internationales de volontariat sont actives dans les pays d’intervention de l’AFVP (Programme VNU, Peace Corps, Volontaires japonais (JICA), etc.) et de nouveaux programmes sont actuellement en train de voir le jour dans plusieurs pays : Programmes nationaux de volontariat (au sein desquels l’AFVP est déjà partie prenante), Volontariat de la francophonie, Volontaires de la diaspora…

Au Burkina Faso, le Programme VNU a déjà initié il y a peu de temps un cadre d’échange avec les organisations de volontariat, dont l’AFVP.

Se rapprocher de ces organisations

Il serait intéressant que l’AFVP se rapproche davantage de ces programmes et organisations de volontariat. Ce rapprochement pourrait être pertinent pour l’AFVP car :
c’est un moyen d’échanger les approches et les expériences de volontariat avec des organisations spécialisées dans ce domaine et ainsi d’améliorer la réflexion stratégique (en termes de prospection de nouveaux partenariats, de suivi accompagnement des volontaires…) même si chacune a sa propre culture ;
cela pourrait donner la possibilité de mobiliser des VP sur des projets communs avec d’autres volontaires ;
c’est un moyen de promouvoir le volontariat auprès de nouvelles cibles (notamment volontariat sudsud) ;

Les volontaires du Niger avaient prévu d’inviter des représentants des Peace Corps, JICA et VNU à leur rencontre annuelle, mais pour des raisons de chevauchement des calendriers ceci n’a pas pu être réalisé. Ce projet reste néanmoins pertinent et peut être appliqué par d’autres délégations.

Recommandations :

Intensifier les relations avec les organisations et programmes internationaux de volontariat.

Etre force de propositions auprès de ces organisations dans ce sens.

3) Expérimenter et développer différentes formes de volontariat international de courte durée

Propositions pour les éléments d’analyse :

La courte durée possède des intérêts certains.

Il est bon d’expérimenter de nouvelles formes de volontariat. Le volontariat courte durée peut être un moyen de donner la chance à certains jeunes de mettre ses compétences au service d’une organisations partenaires du sud et peut permettre à certaines structures de résoudre certains problèmes qui nécessitent un appui technique spécifique.

Bien définir et suivre ce type de volontariat particulier

Attention cependant à :
Définir précisément la courte durée.
Ne pas transformer ce type de volontariat en du tourisme humanitaire
S’assurer que les compétences techniques ne sont pas disponibles dans le pays d’intervention. L’intérêt des contrats longue durée réside aussi dans la construction de lien social avec les populations locales. Les contrats courte durée ne donnent pas cette opportunité et risquent de se transformer en contrats de consultants.
Assurer un suivi des interventions dans la durée. Il pourrait être intéressant de mobiliser des volontaires courte durée dans le cadre de projets/organisations où des volontaires longue durée sont déjà présents afin d’assurer le suivi des activités et d’éviter au maximum que la structure d’accueil confonde volontaire et consultant.
Adapter le recrutement des volontaires pour ces missions : volontaires connaissant le contexte, ayant une expérience similaire pour un temps d’adaptation court.

Recommandations :

Approfondir la réflexion sur cette thématique.

Elaborer une véritable stratégie qui intègre ces préoccupations.

AXE STRATEGIQUE N° 3 : Mettre en œuvre une stratégie financière garante de la viabilité de notre projet.

Pas de commentaires particuliers si ce n’est le problème des financements, de plus en plus fréquents, provenant de grosses institutions ou ONG internationales, qui a pour implication directe, une limitation des contacts sur le terrain et une concentration des VP en capitale.

LE POSITIONNEMENT INSTITUTIONNEL

Rappel des Objectifs du plan stratégique :
1) Confirmer le choix associatif.
2) Réaffirmer le lien spécifique avec les pouvoirs publics.
3) Procéder à l’élargissement des instances .
4) Améliorer le fonctionnement institutionnel.
5) Mieux impliquer les volontaires dans la vie de l’association
.

Ce positionnement institutionnel nous a interpellé sur plusieurs points :
1) Le rapprochement des collectivités locales
2) Assumer le Projet Associatif
3) Implication des différents acteurs dont les VP.

1) Le rapprochement des collectivités locales
L’intensification des liens avec les Collectivités Locales est très pertinent car :

c’est un opérateur public
ce type de partenariat possède des potentiels important en terme de développement du volume d’activité.
c’est un acteur avec lequel les affinités de valeurs contenues dans le projet associatif sont grandes.

Recommandations :

Intensifier les liens avec les collectivités locales ou leurs groupements (Association des Maires de France, Association des Grandes Villes de France, Association des Départements de France, Association des Régions de France…).
Définir avec elles leurs besoins en matière de volontariat et proposer une offre adaptée à ces besoins.

2) Assumer le Projet Associatif

Le projet associatif est important et fondamental et il demeure une bonne base pour positionner le cadre de notre intervention.

Il ne faut pas croire que cet outil nous met en position de faiblesse car :

Les partenaires sollicitent des volontaires AFVP pour plusieurs raisons : technicité, coûts, affichage visàvis des institutions, jeunesse… Et tant que ces raisons sont fournies et assumées par l’AFVP nous pensons qu’il n’y a aucune raison pour que le partenaire soit effrayé par le projet associatif.
Le partenaire AUSSI a besoin de l’AFVP (sinon il ne conventionnerait pas avec elle) et ce n’est pas ce type de document qui finalement ne l’engage en rien, qui va la rebuter.

Nous pensons que ce type de document est même une force car :

Il permet de forger une image, un plus , c’est cette image qui peut différencier l’AFVP d’autres opérateurs de volontariat.

Recommandations :

Le projet associatif, comme la charte du volontaire, comme la recherche de qualité doit donc être assumé et même promu.
Un travail en amont lors de la définition de la mission doit être effectué pour que le partenaire connaisse précisément ce qu’est un volontaire (démarche, différence avec le bénévolat et le salariat,…)
Définir et assumer des procédures permettant de garantir la communication de ces documents aux partenaires.

3) Renforcer l’implication des acteurs dont les VP

L’AFVP se doit de réfléchir sur comment impliquer les volontaires dans ses orientations et ses activités.

Si le volontariat est réellement au cœur de la mission de l’AFVP,
Si l’AFVP veut réellement répondre aux orientations qu’elle s’est fixée à Millau et dans son Plan Stratégique, (Cette nécessité est explicite dans au moins un objectif du Plan Stratégique et deux préconisations de la rencontre de Millau et elle est sous jacente dans l’ensemble des deux documents).

Et pour utiliser dans le cadre de son développement l’ensemble de ses ressources humaines et notamment une ressource :
Nombreuse
Qualifiée
Souvent au fait des innovations conceptuelles et opérationnelles
Capables de produire de la réflexion et des préconisations
Capable d’appuyer l’AFVP dans ses objectifs.

Tout le monde souhaite que le volontariat soit un moment d’engagement , mais l’AFVP tarde à mettre en place les structure ou les décisions pour permettre, justement, cet engagement dans l’association…

Recommandations :

Mettre en place une stratégie pour permettre de réellement impliquer les volontaires afin de répondre aux objectifs de la stratégie et aux éléments d’analyse de la rencontre de Millau et de permettre de :

Mieux connaitre les besoins des volontaires afin de mieux y répondre (attentes des jeunes et suivi).
Mieux communiquer au sein de l’organisation.
Renforcer la démarche de qualité de l’AFVP.
Nourrir la réflexion de l’association.

A ce jour la participation effective des volontaires tient juste à l’existence de comités VP qui ne sont ni provoqués ni formalisés par l’AFVP et qui dépendent des seules dynamiques locales.
Ce sont quasiment des épiphénomènes qui peuvent disparaitre comme ils sont nés.

On ne peut pas construire ni assumer une stratégie sur le hasard .

L’ORGANISATION DE L’AFVP

Pas de commentaires particuliers



L’ouverture du Blog

Cher tous,

Nous ouvrons ce jour le blog AFVP Océan Indien.
Il est en travaux mais c’est un début.
N’hésitez pas à faire vos commentaires, à le faire évoluer selon vos désirs.
Au retour de notre réunion annuelle, nous sommes en train de voir comment mettre en oeuvre les recommandations.
La première concerne les cours de langue que nous mettons dès maintenant en oeuvre pour les nouveaux arrivants avec dix heures de cours durant la phase d’accueil. Pour les volontaires en poste, faites nous remonter vos besoins en cours et nous vous donnerons les accords correspondants.

Pour les rencontres thématiques, nous avons à l’esprit d’organiser une rencontre en mai sur le thème de la décentralisation et coopération décentralisée. Dites nous si vous seriez intéressé pour y participer.
Pour ceux qui souhaiterais des rencontres avec d’autres thématiques, faites nous des propositions.

Haingo et Moi voyageons en France la semaine prochaine avec l’équipe régionale pour valider notre budget et être formé sur les nouveaux outils. Nous vous rendrons compte en fin d’année afin de lancer l’année 2008 sous les meilleures auspices.
Je vous laisse découvrir les rubriques de notre blog, dans l’attente de vos avis

Bien amicalement à chacun d’entre vous

Emmanuel  et toute l’équipe de Madagascar



Association de Brasseurs Am... |
Cante Luta |
groupe scout derborence |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Faranblog
| Aider les populations des p...
| ASSOCIATION MENEN e.V. D'AL...